Interview Marie VATIN-PERIGNON, apprenante du projet Handigital®, embauchée au sein de Munéo®

Handigital : Bonjour Marie, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Marie : Je m’appelle Marie, j’ai 34 ans, et je fais partie des apprenants du projet Handigital® Grenoble. Je suis aujourd’hui web développeur junior au sein de l’agence web Munéo® (anciennement Mille et Un Regards). 

 

Handigital : Pouvez-vous décrire brièvement votre parcours scolaire et professionnel avant d’intégrer Handigital® ?

Marie : Je suis titulaire d’un Bac Technologique, plus particulièrement du Baccalauréat STL, c’est-à-dire Sciences et Technologies de laboratoire, spécialité biochimie et génie biologique. Après ce premier diplôme, j’ai poursuivi mes études avec un BTS en analyses biologiques que j’ai obtenu, et qui me destinait à travailler dans les laboratoires d’analyses médicales. 

C’est d’ailleurs comme cela que mon parcours professionnel a débuté. J’ai travaillé comme technicienne de laboratoire durant plusieurs années. Mais j’ai aussi exercé d’autres métiers, comme auxiliaire de vie. 

Puis, j’ai décidé de reprendre mes études afin de devenir infirmière. Une filière et des diplômes qui ne me destinaient donc pas du tout au métier que j’exerce actuellement ! 

 

Handigital : Quelle formation avez-vous suivie au sein d’Handigital® ?

Marie : J’ai intégré la session de formation développeur web Full Stack au sein d’Handigital® Grenoble en 2019.

 

Handigital : Et comment avez-vous connu Handigital®

Marie : C’est ma “référente emploi” qui m’a parlé de la formation et du projet Handigital®. J’étais à la recherche d’un emploi à l’époque, et cette personne qui travaillait pour le département de l’Isère, en partenariat avec Pôle Emploi, m’épaulait et me suivait dans ma recherche. Elle avait reçu une newsletter l’informant de l’école Handigital®, du projet et de la formation développeur web Full Stack. Elle m’a alors transmis les informations et c’est ainsi que tout a débuté. 

 

Handigital : Pourquoi avoir choisi d’intégrer Handigital®

Marie : J’étais déjà à l’époque dans une démarche de reconversion professionnelle. En effet, je ne pouvais plus poursuivre mes études d’infirmière à cause de mon état de santé, et je recherchais donc un métier, ou une formation plus posée, c’est-à-dire davantage en adéquation avec mes capacités et mon problème de santé. Après avoir lu le projet, et après avoir rencontré M. Fabrice AUTISSIER, fondateur d’Handigital®, je me suis dit que c’était ce que je voulais faire. J’ai également effectué la période de préformation qui m’a aussi confortée dans mon choix. 

Nous étions 10 dans ma promotion. Cet effectif permet de créer des liens À
la fois entre apprenants, mais également avec l’équipe de formateurs.

Marie VATIN-PERIGNON

Handigital : Quels sont les 3 principaux atouts de cette école selon vous ?

Marie : Tout d’abord, je dirais la bienveillance. Il y règne une certaine sympathie et une grande prévenance dont j’ai pu bénéficier. Les formateurs, formés eux-mêmes en amont aux différents handicaps, ainsi que M. AUTISSIER sont très à l’écoute.

Tout cela fait que l’ambiance est très porteuse.

Enfin, le dernier atout de cette école est sans aucun doute l’effectif. Nous étions 10 dans ma promotion. Cet effectif permet de créer des liens à la fois entre apprenants, mais également avec l’équipe de formateurs. Mon groupe était très soudé, très proche, nous nous sommes vite très bien entendus. Une vraie équipe, un peu semblable à une “bande de frères” ! Cette belle ambiance est sans aucun doute permise grâce au faible effectif de chaque session de formation. 

 

Handigital : Vous êtes aujourd’hui embauchée ? Comment se passe votre intégration en entreprise ? 

Marie : Oui, je suis aujourd’hui embauchée au sein de l’agence web Munéo®. L’intégration s’est très bien passée. J’ai d’ailleurs été embauchée, tout comme un de mes camarades de promo “Aurélien” ! David, mon collègue aujourd’hui, était mon tuteur lorsque j’étais stagiaire. J’étais donc un peu en terrain connu. Mais d’autres nouveaux collègues sont arrivés depuis, nous avons appris à nous connaître et tout se passe pour le mieux. 

 

Handigital : Avez-vous un projet professionnel particulier en tête ?

Marie : Pour l’instant, je suis très bien là où je suis. J’ai encore actuellement une partie formation à suivre, c’est-à-dire que je continue à me former en alternance tout en travaillant au sein de Munéo®. On verra par la suite, mais là, dans l’immédiat, je suis très bien où je suis. 

 

Restez connecté, d’autres témoignages sont à venir 😉

 

Interview Florian Rodriguez et Pierre Blarre, formateurs référents du projet Handigital®

Nous avons rencontré Florian Rodriguez et Pierre Blarre, les deux formateurs référents du projet Handigital®, présents depuis les prémices de l’aventure. 

Retour sur leur expérience, leur parcours, leur ressenti en tant que formateurs, et leurs conseils pour les futurs apprenants. 

 

  • Présentation de votre parcours respectif et de votre activité professionnelle.

Pierre : Je suis co-fondateur et co-gérant de l’agence Web Negative Network, avec Florian Rodriguez, depuis 2011. 

Avant cela, j’ai travaillé durant 3 ans comme chef de projet et développeur en Allemagne, dans une société d’investisseurs. 

Je suis aujourd’hui ingénieur de contenu et formateur chez Handigital® depuis maintenant 3 ans, et également professeur à l’université Grenoble-Alpes depuis 4 ans. 

Florian : J’ai tout d’abord effectué des études d’informatique/mathématiques, avant d’entreprendre un master ingénierie du logiciel libre. J’ai été ingénieur systèmes et réseaux, puis responsable d’un service support-exploitation. 

En 2011, j’ai monté avec Pierre Blarre notre entreprise Negative Network. Cela implique aussi bien la gestion de l’entreprise et de projets clients, que le travail technique polyvalent (développement “frontend”/”backend”, systèmes, réseau, etc.).

Je suis formateur au sein d’Handigital® depuis maintenant 3 ans, et j’enseigne également à l’université Grenoble-Alpes, de la première année de licence à la dernière année de master. Comme Pierre, j’ai beaucoup voyagé et vécu dans plusieurs pays. C’est d’ailleurs lorsque nous habitions tous les deux en Irlande, il y a plus de 15 ans, que nous avons fait connaissance. 

Sur un plan personnel, la formation m’a aussi permis de découvrir les personnes neuroatypiques et d’apprendre À adapter l’enseignement et mon comportement À l’égard des apprenants

Pierre Blarre

  • Pourquoi enseigner ? Quelle(s) matière(s)/compétence(s) enseignez-vous ? 

Pierre : J’aime l’idée de transmettre mon savoir et mon expérience, technique mais aussi d’entreprenariat. J’enseigne la programmation en général, et plus précisément les langages HTML/CSS/JavaScript, le PHP, le Typescript, le SQL et les bases de données, ainsi que les Frameworks Foundation, Laravel, Codeigniter et Angular.

Florian : J’ai choisi d’enseigner car j’avais envie de transmettre mes connaissances. En ce qui concerne le projet Handigital®, après en avoir discuté avec Fabrice Autissier, j’ai tout de suite été motivé par l’idée. Nous avions rencontré à l’époque des professionnels de l’autisme notamment afin de déterminer ce qui était possible et envisageable en termes d’enseignement auprès de profils neuroatypiques. On s’est rapidement rendu compte que le profil des autistes Asperger était très compatible (en général) avec la programmation. L’idée me plaisait bien, c’était pour moi un beau projet. J’avais déjà envie d’enseigner, de former, de transmettre mon savoir. Je voulais faire quelque chose qui change de mon métier, ou en tout cas qui m’apporte quelque chose de plus. L’enseignement nous oblige à prendre de la hauteur et c’est d’autant plus intéressant lorsqu’en parallèle, on est également professionnels. Ça nous permet d’être au plus près du métier. Et les bénéfices sont valables dans les deux sens. D’ailleurs, depuis que j’enseigne, je pense qu’il y a de nombreuses choses que j’ai modifiées dans ma façon de travailler. 

 

  • Et plus particulièrement pourquoi avoir choisi d’enseigner au sein d’Handigital®, auprès d’apprenants neuroatypiques ? 

Pierre : Pourquoi pas !? 🙂 Le projet est bénéfique, comme tout projet de formation, et en plus celui-ci fait de l’insertion pour des personnes qui se sont retrouvées en partie exclues du système scolaire classique ou du monde du travail à cause de leur handicap. Sur un plan personnel, la formation m’a aussi permis de découvrir les personnes neuroatypiques et d’apprendre à adapter l’enseignement et mon comportement à l’égard des apprenants, neuroatypiques ou pas d’ailleurs.

Florian : Ce qui m’a plu dans le projet, notamment après l’expérience de la première année qui a été très concluante, c’est de donner la chance à des personnes très éloignées de l’emploi. Pour certains apprenants, le fait d’intégrer le projet a été une vraie révélation, qui a amélioré grandement leur situation professionnelle certes, mais également leur vie personnelle, notamment grâce à une confiance en soi enfin retrouvée. 

Le fait qu’il s’agisse de personnes essentiellement en situation de handicap, renforce les liens, la solidarité et l’esprit de groupe.

Florian Rodriguez

  • Quels sont pour vous les atouts de la formation ?

Pierre : On travaille avec un petit groupe et on essaie de mettre en place un environnement qui va convenir aux différentes personnes. On prend le temps nécessaire pour l’apprentissage. Le programme est serré mais nous ne sommes pas sujets à des emplois du temps classiques. 

Le gros plus, c’est aussi l’insertion professionnelle. Fabrice et l’équipe font un énorme travail RH qui, à mon avis, est un avantage par rapport à une formation classique où les apprenants doivent se débrouiller…

Florian : Tout d’abord, l’effectif réduit est très appréciable. Cela permet de passer plus de temps avec les élèves. De plus, le fait qu’il s’agisse de personnes essentiellement en situation de handicap, renforce les liens, la solidarité et l’esprit de groupe. Contrairement aux structures et endroits où ces personnes ont pu se sentir rejetées, le projet leur apporte la sensation inverse. Nous, en tant que formateurs, nous prenons en considération les besoins éventuels que peuvent avoir certains apprenants, contrairement à d’autres structures où ces éléments ne sont pas du tout pris en compte.  

 

  • Et finalement, quelles sont les qualités de vos apprenants ?

Pierre : Elles sont diverses et variées, comme dans toute formation avec différentes personnes.  Dans l’ensemble, les gens sont motivés, agréables et s’entraident.

Florian : Comme la plupart des apprenants du projet ont été éloignés de l’emploi et/ou de la formation, ils sont d’autant plus motivés. Ils savent que le projet Handigital® est une grande opportunité et ils sont souvent ultra motivés… ce qui est fort appréciable pour leur apprentissage, mais aussi pour nous en tant que formateurs. 

 

  • Un conseil pour un futur apprenant Handigital®?

Pierre : Faire une initiation à la programmation web sur des sites comme OpenClassRooms, Toxicode ou autre, pour bien comprendre à quoi il faut s’attendre.

Ne pas avoir peur de commencer. Avant de savoir faire quelque chose, tout le monde débute, et il faut bien avoir conscience qu’on ne devient pas programmeur du jour au lendemain.

Être patient et être prêt à prendre le temps de lire de la documentation, d’essayer, de rater, de recommencer, d’essayer, de rater, de recommencer, etc. 🙂

Dans l’ensemble, c’est important de comprendre que l’on va passer de nombreuses heures à essayer de régler des problèmes informatiques, qui amènent leurs lots de frustrations avant que ça fonctionne, mais qui à terme, vont forger un savoir et un métier qui permettent de nombreux débouchés, en plus de faire de vous un super utilisateur informatique !

Florian : Je leur conseille de se renseigner un peu sur les métiers de l’informatique, en particulier le métier de développeur. Et bien sûr, il faut être motivé. Si on est motivés, si on se donne les moyens, on y arrive forcément !

 

Restez connecté, d’autres interviews sont à venir ! 😉

 

Témoignage d’Aurélien MOREL, apprenant de l’école Handigital®, embauché chez IVèS

Handigital : Bonjour Aurélien, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Aurélien : Bonjour, alors je m’appelle Aurélien Morel. Je suis développeur web junior, actuellement en contrat de professionnalisation au sein de la société IVèS

 

Handigital : Aurélien, pouvez-vous décrire brièvement votre parcours scolaire et professionnel avant d’intégrer Handigital® ?

Aurélien : Alors, concernant mon parcours scolaire, je me suis arrêté en classe de seconde. Et avant d’intégrer ma session de formation au sein d’Handigital®, je n’avais aucune expérience professionnelle.

 

Handigital : Quelle formation avez-vous suivie chez Handigital® ?

Aurélien : J’ai intégré la session de formation développeur web Full Stack au sein d’Handigital® Grenoble.

L’un des principaux atouts de cette école se situe également dans son équipe de formateurs. Ils sont qualifiés, formés aux différents types de handicaps, et surtout extrÊmement bienveillants et À l’écoute. . 

Aurélien MOREL

Handigital : Dites-nous comment avez-vous connu Handigital®

Aurélien : J’ai été mis en relation avec l’école Handigital® par l’intermédiaire du C3R, qui avait connaissance du projet et qui était en contact avec Fabrice AUTISSIER. Nous avons ensuite monté un dossier pour que je puisse intégrer la session de formation. Je n’ai pas pu être pris à la première promotion, mais j’ai pu intégrer la seconde.

 

Handigital : Pourquoi avoir choisi d’intégrer Handigital®

Aurélien : Tout d’abord parce que je suis un mordu d’informatique. Le numérique fait clairement partie de mes passions et de mon quotidien. J’avais donc déjà de bonnes connaissances en informatique que j’avais acquises de manière totalement autodidacte. Intégrer la formation développeur web full stack était donc pour moi une évidence, une sorte de suite logique en regard de mon appétence pour le digital et les nouvelles technologies

 

Handigital : Quels sont les 3 principaux atouts de cette école selon vous ?

Aurélien : Durant ma formation, j’ai beaucoup apprécié le fait d’avoir de grandes périodes de stage, dans la même entreprise, un peu à la manière d’un système d’apprentissage en alternance. Ensuite, le second atout de la formation développeur web Full Stack est selon moi la méthode d’apprentissage. Elle comporte très peu de cours magistraux au profit de la pratique, et ça, c’est vraiment important pour moi. C’est un des points que j’ai le plus apprécié.

Enfin, l’un des principaux atouts de cette école se situe également dans son équipe de formateurs. Ils sont qualifiés, formés aux différents types de handicaps, et surtout extrêmement bienveillants et à l’écoute

 

Handigital : Vous êtes aujourd’hui embauché ? Comment se passe votre intégration en entreprise ? 

Aurélien : Oui, je suis aujourd’hui embauché chez IVèS. Tout se passe pour le mieux et mon intégration s’est très bien déroulée. Je participe aux événements d’entreprise comme tout autre salarié. Je ne rencontre aucun problème. 

 

Handigital : Avez-vous un projet professionnel particulier en tête ?

Aurélien : Non, je n’ai pas d’autre projet professionnel en tête. Je suis bien intégré dans mon lieu de travail actuel, je m’y sens bien et ça me convient parfaitement. 

 

Handigital : Recommanderiez-vous Handigital® ?

Aurélien : Oui, sans aucune hésitation ! 

 

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉

DigiSchool – “Il est important de ne pas rester dans un microcosme mais de s’ouvrir À la diversité”

Handigital : Pouvez-vous présenter digiSchool en quelques lignes ?

Romain GOBERT : digiSchool Groupe réalise des applications pour aider les jeunes à réussir leurs diplômes et leur vie scolaire. Je suis moi-même directeur de production au sein de l’entreprise. 

 
Comment avez-vous eu connaissance du projet Handigital ?

Sandra JARGIC : j’ai été démarchée directement par Fabrice Autissier par téléphone. J’ai tout de suite été intéressée par le projet Handigital. Il faut savoir que j’étais régulièrement en contact avec un organisme de placement spécialisé, que je ne trouvais pas personnellement très investi. J’ai très souvent fait les premières démarches moi-même dans le but de trouver une personne en situation de handicap, mais je n’étais jamais recontactée sous prétexte qu’ils n’avaient pas les profils correspondants à ma demande. Quand Fabrice Autissier m’a contactée, c’était réellement la première fois que quelqu’un nous proposait un projet de ce type.

 
Pourquoi avoir choisi d’entrer dans le projet Handigital ? Quelles ont été vos principales motivations ?

Sandra JARGIC : nous avions la volonté d’inclure des personnes en situation de handicap dans notre société, depuis maintenant plusieurs années. Notre motivation principale était de pouvoir enrichir nos équipes avec des profils différents. Il est en effet important de ne pas rester dans un microcosme mais de s’ouvrir à la diversité

Romain GOBERT : il faut arriver, grâce à une démarche inclusive, à  multiplier les points de vue et les avis de chacun pour pouvoir innover. 

 
Vous avez suivi la journée de sensibilisation À l’autisme et au handicap psychique inclus dans le programme pour les entreprises d’accueil : qu’en retenez-vous ?

Romain GOBERT : grâce à cette journée, j’ai pu m’apercevoir que les troubles autistiques étaient de plus en plus courants, ou de mieux en mieux dépistés, et qu’ils touchaient un grand nombre de personnes, certes à des degrés différents. 

Sandra JARGIC : la notion de troubles autistiques est tellement large, que l’on se rend compte finalement que cela concerne beaucoup de personnes effectivement. Il est vrai que notre stagiaire actuel ne fait pas partie des personnes qui ont des troubles du spectre autistique. Mais cette journée nous a enrichis personnellement, c’est une certitude ! 

Notre motivation principale était de pouvoir enrichir nos équipes avec des profils différents. Il est en effet important de ne pas rester dans un microcosme mais de s’ouvrir À la diversité
Sandra JARGIC
 
Comment ce projet a-t-il été perçu par vos équipes ? Qu’avez-vous mettre en avant pour les fédérer autour de ce projet ?

Sandra JARGIC : au sein de l’entreprise, nous avons régulièrement des réunions de 30 à 60 minutes, que nous appelons communément des “flashtalk”, où chacun peut prendre librement la parole et s’exprimer sur les projets sur lesquels il travaille. C’est une démarche très volontaire. C’est pourquoi nous avons profité d’une flashtalk pour parler du projet. Il y a eu beaucoup de réactions positives. Lors de la journée de sensibilisation à l’autisme et au handicap psychique, nous avons eu pas mal d’outils qui permettaient d’expliquer les troubles autistiques. Nous avions alors pensé faire une session auprès des collaborateurs intéressés, mais comme notre stagiaire n’est pas concerné par ce type de handicap, nous ne l’avons pas fait. Nous gardons cependant ces outils précieusement sous le coude, si jamais le besoin se présentait. 

Romain GOBERT : au sein de digiSchool, nous avons des valeurs et une éthique commune. Il y a une ouverture d’esprit et une certaine bienveillance qui ont permis d’accueillir et d’intégrer facilement notre stagiaire. 

 
Vous Êtes aujourd’hui entreprise d’accueil dans le cadre de Handigital, projet expérimental, quelles sont vos attentes ?

Romain GOBERT : ayant pour habitude de travailler avec d’autres dispositifs, je pense que le nombre d’heures proposé au niveau technique mériterait d’être plus important. Même s’il est vrai que la formation du projet Handigital comporte une partie de cours civiques qui n’existe pas dans d’autres écoles. Sachant que le cursus Handigital est actuellement en cours, nous ne sommes donc pas encore au niveau technique attendu pour notre stagiaire, mais cela ne saurait tarder.

 

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉

WÉ-CO – “Le projet Handigital correspond totalement À nos valeurs”

Handigital : Pouvez-vous présenter WÉ-CO en quelques lignes ?

WÉ-CO est une micro entreprise qui existe depuis un peu plus d’un an. Nous proposons du covoiturage festif et notre but est de sauver des vies. Nous voulons permettre à ceux qui n’ont pas de transport ou qui habitent loin des centres-villes de profiter pleinement des soirées et évènements culturels, en toute sécurité. Nous voulons également éviter que ceux qui ont consommé de l’alcool prennent le volant. Nous travaillons avec les boîtes de nuit, entreprises, festivals et autres lieux événementiels pour promouvoir l’importance du covoiturage. Nous voulons proposer une alternative aux navettes qui coûtent souvent cher, nous souhaitons apporter une solution au manque de places sur les parkings et aux difficultés de circulation que l’on peut remarquer à la fin de chaque évènement. Nous essayons également de développer de nouveaux partenariats avec les écoles afin d’entrer en contact direct avec les étudiants et proposer des ateliers de sensibilisation à l’alcool et ses dangers. 

Comment avez-vous eu connaissance du projet Handigital ?

J’ai été contactée par Fabrice Autissier, qui m’a expliqué le concept et le projet Handigital. Il faut savoir que j’avais déjà en tête cette volonté de travailler avec des personnes en situation de handicap, mais ce n’était pas pour tout de suite. Quand Fabrice m’a contactée, je lui ai justement parlé de ce projet et de cette idée, et j’ai décidé de tenter l’expérience… un peu plus tôt que prévu finalement.

Pourquoi avoir choisi d’entrer dans le projet Handigital ? Quelles ont été vos principales motivations ?

J’ai choisi de devenir entreprise partenaire pour deux raisons. D’abord, parce que j’avais des besoins. Je recherchais un développeur web, dans le but de développer une application de covoiturage. Quand Fabrice m’a contactée et qu’il m’a expliqué le concept, j’ai trouvé que cela répondait bien à mes attentes. La seconde raison est que je tenais à ce que mon entreprise adopte une certaine mentalité basée sur l’ouverture d’esprit et la bienveillance. J’ai moi-même connu la méfiance et le poids que le regard des autres peut avoir sur une personne. Les valeurs de Handigital sont en totale adéquation avec celles de WÉ-CO. Cette dimension d’accompagnement, de bienveillance, d’inclusion et d’aide qui émane de Handigital m’a énormément plu.

Vous avez suivi la journée de sensibilisation À l’autisme et au handicap psychique inclus dans le programme pour les entreprises d’accueil : qu’en retenez-vous ?

Cette journée m’a permis tout d’abord de “dédramatiser”. La “peur” du handicap découle souvent du fait que nous ne le connaissons pas suffisamment. Le spectre autistique étant tellement large, cela m’a permis de prendre conscience de certaines choses. Tout d’abord, que ces personnes sont totalement capables de s’impliquer et d’exceller dans leur job. Cela m’a permis également de mesurer la charge mentale qui pèse sur ces personnes, chose dont je n’avais pas du tout conscience avant la journée. On entend souvent le terme “autisme” sans savoir ce que ça veut dire. Il est important de connaître la complexité de ce spectre. Cette journée m’a permis de me rassurer, ainsi que les “job dating” qui m’ont permis de voir que le courant passait plutôt bien avec l’ensemble des candidats. La journée de sensibilisation fut très enrichissante.    

C’est un projet que j’admire énormément et je remercie vraiment Handigital pour tout ce qu’ils font !
Marie Chaleyssin
Comment ce projet a-t-il été perçu par vos équipes ? Qu’avez-vous mettre en avant pour les fédérer autour de ce projet ?

Je suis actuellement dans un incubateur. C’est un environnement très bienveillant, où le dialogue est fréquent et s’installe naturellement. Les gens sont très avenants. Le projet a donc été très bien perçu et très bien accepté.

Vous Êtes aujourd’hui entreprise d’accueil dans le cadre de Handigital, projet expérimental, quelles sont vos attentes ?

J’avais des attentes sur l’attitude de notre stagiaire, qui était à mon sens trop “réservé” et se tenait un peu à l’écart. Mais c’est aujourd’hui de l’histoire ancienne car il s’ouvre de plus en plus à l’équipe et s’intègre de mieux en mieux. C’est pour moi très important qu’il se sente bien chez nous et surtout pas exclu.  Au-delà de ce détail, je n’ai pas d’attente particulière vis-à-vis du projet Handigital. Il correspond totalement à mes valeurs. C’est un projet que j’admire énormément et je remercie vraiment Handigital pour tout ce qu’ils font ! Il faut savoir accepter la différence !

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉

IVèS – “Nos attentes sont parfaitement comblées. Nous ne pouvions pas espérer mieux !”

Handigital : Pouvez-vous présenter IVèS  en quelques lignes ?

IVèS (Interactivité Vidéo et Systèmes) existe depuis 2006 et est basée à Montbonnot-Saint-Martin. Notre produit est un système de visio interprétation. Nous développons un logiciel qui permet de faire des applications qui seront ensuite installées sur les téléphones ou sur les PC, pour effectuer des appels visio de très bonne qualité. Notre marché principal est celui des personnes sourdes et malentendantes qui, pour communiquer par téléphone, ont besoin d’avoir accès à la visio. Nous avons actuellement un gros marché en France essentiellement avec des entreprises composées de salariés sourds ou malentendants, et qui ont besoin de ce service. Nous avons également gagné un appel d’offres au Canada il y a 3 ans afin de mettre en place la VRS (Video Relay Service), une plateforme d’interprètes connectés 24 h/ 24 pour traduire les conversations des personnes malentendantes et qui fonctionne grâce à notre technologie.

Comment avez-vous eu connaissance du projet Handigital ?

Fabrice Autissier nous a démarchés par téléphone il y a deux ans. À l’époque, nous étions fortement intéressés mais nous n’avions personne qui puisse manager l’élève lors de son stage chez nous. Nous avons pu nous lancer l’année suivante, grâce à Sébastien Lebreton qui était disponible et très intéressé pour devenir le tuteur des élèves apprenants. 

Pourquoi avoir choisi d’entrer dans le projet Handigital ? Quelles ont été vos principales motivations ?

Nous avons choisi de devenir entreprise partenaire du projet Handigital, car c’était tout d’abord en parfaite adéquation avec les valeurs de IVèS, à savoir intégrer les personnes en situation de handicap dans le monde du travail, les aider dans leurs démarches quotidiennes, promouvoir l’égalité des chances. Notre logiciel va d’ailleurs totalement dans ce sens. Lorsque nous avons entendu parler de cette école et de cette volonté de rendre accessible l’entreprise à des personnes ayant des difficultés neurologiques, c’était pour nous comme une évidence. Il était totalement logique que nous adhérions au projet. Les contraintes que nous pouvions avoir en termes de formation n’ont pas constitué un frein à notre volonté de participer !  

Vous avez suivi la journée de sensibilisation À l’autisme et au handicap psychique inclus dans le programme pour les entreprises d’accueil : qu’en retenez-vous ?

C’était fantastique !  La journée de sensibilisation fut une journée magnifique, où nous avons pu apprendre énormément de choses. Les intervenants étaient passionnants et très pédagogiques. Ce fut une ouverture vers un monde que nous ne connaissions pas encore ! Une expérience très enrichissante ! 

Lorsque nous avons entendu parler de cette école et de cette volonté de rendre accessible l’entreprise À des personnes ayant des difficultés neurologiques, c’était pour nous comme une évidence.
Amandine Callari 
Comment ce projet a-t-il été perçu par vos équipes ? Qu’avez-vous mettre en avant pour les fédérer autour de ce projet ?

Lorsqu’une personne en situation de handicap arrive en entreprise, cela crée forcément des craintes et du questionnement. J’ai donc dû préparer en amont l’arrivée de notre stagiaire. Suite à ma formation, j’ai fait une présentation de 40 minutes au reste de l’équipe, qui résumait un peu ce que j’avais moi-même appris. Cela a permis de lever les craintes mais ce fut aussi un véritable moment de partage et de dialogue, où chacun a pu s’exprimer librement et appréhender ses peurs. J’ai également acheté une BD traitant du sujet afin de leur expliquer que c’est effectivement un problème qui existe mais notre façon de le voir peut déterminer beaucoup de choses. 

Vous Êtes aujourd’hui entreprise d’accueil dans le cadre de Handigital, projet expérimental, quelles sont vos attentes ?

Nos attentes étaient surtout dirigées vers notre stagiaire. Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous ne sommes pas déçus, voire même très satisfaits ! Sa réactivité, ses capacités, sa compréhension des problématiques logicielles que nous avons… nos attentes sont parfaitement comblées. Nous ne pouvions pas espérer mieux ! 

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉

Visiativ – “Nous sommes convaincus du projet Handigital et trouvons que c’est une trÈs belle initiative”

Handigital : Pouvez-vous présenter Visiativ en quelques lignes ?

Joëlle Catheland : Visiativ est un groupe de 1 000 collaborateurs, présent au niveau international. Notre siège social est situé à Charbonnières-les-Bains où nous accueillons nos deux stagiaires Handigital. Notre activité principale est d’accompagner nos clients dans leur transformation numérique. Pour ce faire, nous avons 4 métiers complémentaires : 

  • une activité historique : nous sommes intégrateurs des solutions de Dassault Systèmes ; 
  • notre seconde activité concerne l’édition de nos logiciels pour le déploiement de plateformes digitales (intranet, e-commerce…) ; 
  • notre troisième activité concerne le conseil en financement d’innovation ; 
  • une quatrième activité d’infogérance. 
Comment avez-vous eu connaissance du projet Handigital ?

Joëlle Catheland : Notre patron, Laurent Fiard, a une fondation qui s’appelle WeeeFund. Sa principale activité est de reconditionner et redistribuer le matériel informatique usagé des entreprises, à des écoles qui en ont besoin. Cette fondation a donc pu équiper Handigital en matériel informatique. C’est en discutant à ce sujet que nous est venue l’idée d’aller plus loin dans notre partenariat avec Handigital et de recruter des stagiaires. Sachant en plus que nous avions beaucoup de difficultés à recruter des profils qui nous intéressaient sur les métiers du développement. Cette voie de recrutement s’est donc révélée être très pertinente pour nous. 

Pourquoi avoir choisi d’entrer dans le projet Handigital ? Quelles ont été vos principales motivations ?

Joëlle Catheland : Nous avons choisi de devenir partenaire de Handigital, car comme évoqué précédemment, c’est une motivation portée par notre direction. Nous avons chez Visiativ une politique d’inclusion des personnes en situation de handicap très forte, et Handigital rentrait parfaitement dans cette politique. 

Vous avez suivi la journée de sensibilisation À l’autisme et au handicap psychique inclus dans le programme pour les entreprises d’accueil : qu’en retenez-vous ?

Joëlle Catheland : grâce à cette journée, j’ai pu me rendre compte que j’avais des “à priori”. Cela m’a permis également de prendre conscience de la compatibilité du métier de développeur avec le handicap. Enfin, cette journée nous a permis d’acquérir les bonnes astuces pour accueillir et faciliter l’intégration de notre stagiaire.

Philippe Rossignol : La journée de sensibilisation à l’autisme et au handicap psychique nous a permis de mieux comprendre tous les troubles du spectre de l’autisme, de mieux cerner le mode de fonctionnement de ces personnes, afin de pouvoir nous adapter en entreprise en fonction de leurs besoins. 

Nous avons chez Visiativ une politique d’inclusion des personnes en situation de handicap trÈs forte, et Handigital rentrait parfaitement dans cette politique. 
JoËlle Catheland
Comment ce projet a-t-il été perçu par vos équipes ? Qu’avez-vous mettre en avant pour les fédérer autour de ce projet ?

Philippe Rossignol : quand j’ai présenté le projet à l’équipe, cela a été plutôt bien perçu, bien qu’il y avait une part d’inconnu pour une grande majorité des salariés. Malgré tout, tout le monde était partant et a trouvé ce projet valorisant pour l’équipeAprès ma journée de formation, j’ai fait une sensibilisation auprès de l’équipe afin que l’intégration de notre stagiaire se passe dans les meilleures conditions. 

Vous Êtes aujourd’hui entreprise d’accueil dans le cadre de Handigital, projet expérimental, quelles sont vos attentes ?

Joëlle Catheland et Philippe Rossignol : Nous n’avons pas d’attente particulière à l’heure actuelle. Nous sommes convaincus du projet Handigital et trouvons que c’est une très belle initiative. Nous souhaitons réellement continuer de les soutenir et de les encourager dans leur démarche, car c’est véritablement un beau projet

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉

Totalcloud – “C’est un échange gagnant-gagnant”

Handigital : Pouvez-vous présenter Total Cloud en quelques lignes ?

Total Cloud est spécialiste en Cloud et hébergement informatique, téléphonie mobile et fixe, et tout ce qui est lié au stockage. J’ai moi-même au sein de l’entreprise une double casquette : je suis responsable RH et assistante de direction. La tutrice de stage Malia Jessica, est quant à elle responsable marketing.

Comment avez-vous eu connaissance du projet Handigital ?

Il se trouve que nous sommes dans les mêmes locaux que Handigital. La connaissance du projet s’est donc faite simplement et naturellement.

Pourquoi avoir choisi d’entrer dans le projet Handigital ? Quelles ont été vos principales motivations ?

Nous avions un besoin sur la partie développement web. Comme nous étions en relation avec Fabrice Autissier, nous avons alors échangé à ce sujet. Il nous a proposé le “format stagiaire” sur plusieurs périodes. C’était pour nous l’occasion de travailler avec un milieu que nous ne connaissions pas, et l’occasion d’aborder les personnes en situation de handicap au sein de notre structure.

Vous avez suivi la journée de sensibilisation À l’autisme et au handicap psychique inclus dans le programme pour les entreprises d’accueil : qu’en retenez-vous ?

Cette journée fut très intéressante et très enrichissante. Cela a permis de nous rassurer sur la façon de gérer les salariés en situation de handicap. Cette journée nous a permis également de voir différentes situations, différentes problématiques ainsi que la manière de les aborder.

Nous avions un besoin sur la partie développement web. C’était pour nous l’occasion de travailler avec un milieu que nous ne connaissions pas, et l’occasion d’aborder les personnes en situation de handicap au sein de notre structure.
Audrey Noirat
Comment ce projet a-t-il été perçu par vos équipes ? Qu’avez-vous mettre en avant pour les fédérer autour de ce projet ?

En général plutôt bien ! Nous avons informé les salariés sur le projet et la période durant laquelle il allait se dérouler.  Tout s’est très bien passé, d’autant plus avec les personnes qui travaillaient étroitement avec les stagiaires. Les salariés ont su faire preuve d’une certaine bienveillance à leur égard. Nous avons aussi essayé de mettre en place des situations en interne pour que les stagiaires également puissent être rassurés.  Le but étant que nous puissions avancer, nous, dans nos besoins en développement, et que eux soient véritablement en situation d’emploi pour leur futur en tant que salarié.

Vous Êtes aujourd’hui entreprise d’accueil dans le cadre de Handigital, projet expérimental, quelles sont vos attentes ?

Aujourd’hui, nous n’avons pas d’attente particulière, le but étant pour nous de continuer à travailler avec les stagiaires après la formation. Eux connaissent déjà bien la structure et ce que nous attendons d’eux. De notre côté, c’est également bénéfique, cela nous évite un recrutement et une formation. C’est un échange gagnant-gagnant !

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉

Enalean SAS – “Aider des personnes en situation de handicap, c’est ce qui nous animait”

Handigital : Pouvez-vous présenter Enalean SAS en quelques lignes ?

Chez Enalean, nous sommes éditeurs de logiciels. Notre logiciel “Tuleap” est un logiciel libre à destination des industriels, qui leur permet de gérer le cycle de vie de leurs applications logicielles. Je suis moi-même Directeur Technique au sein de l’entreprise, et tuteur de stage.

Comment avez-vous eu connaissance du projet Handigital ?

C’est mon associé qui a d’abord eu connaissance du projet Handigital et qui m’en a ensuite parlé. À l’occasion d’un évènement, il a pu rencontrer Fabrice Autissier et échanger avec lui au sujet de ce projet.

Pourquoi avoir choisi d’entrer dans le projet Handigital ? Quelles ont été vos principales motivations ?

Nous avons choisi de devenir partenaire du projet Handigital car c’est une cause qui nous tient à coeur. Nous voulions participer et apporter notre aide à ce projet. Pouvoir aider des personnes en situation de handicap à accéder aux métiers du numérique, voilà ce qui nous animait.

Vous avez suivi la journée de sensibilisation À l’autisme et au handicap psychique inclus dans le programme pour les entreprises d’accueil. Qu’en retenez-vous ?

C’était une journée très enrichissante. En ce qui me concerne, le point principal que je retiens de cette journée est cette possibilité qui nous a été donnée d’avoir une vision plus “juste” des troubles du spectre de l’autisme et des troubles psychiques en général. Cela m’a permis d’approfondir mes connaissances sur le sujet, de comprendre véritablement ce que sont ces troubles, comment ils sont gérés et comment ils sont compatibles avec le monde du travail. C’était très bénéfique pour nous, notamment dans le but de préparer au mieux l’arrivée du stagiaire.

Nous avons choisi de devenir partenaire du projet Handigital car c’est une cause qui nous tient À coeur. Nous voulions participer et apporter notre aide À ce projet. Pouvoir aider des personnes en situation de handicap À accéder aux métiers du numérique, voilÀ ce qui nous animait.
Manuel Vacelet
Comment ce projet a-t-il été perçu par vos équipes ? Qu’avez-vous dÛ mettre en avant pour les fédérer autour de ce projet ?

Les salariés de l’entreprise ont été partenaires dès le début, dès l’évocation du projet. Ce dernier a été très bien perçu et rapidement accepté par l’ensemble des équipes. Nous avons pu ressentir une vraie solidarité.

Vous Êtes aujourd’hui entreprise d’accueil dans le cadre de Handigital, projet expérimental, quelles sont vos attentes ?

Nous n’avons pas d’attente particulière pour le moment. Nous sommes pour l’instant dans une phase que l’on pourrait qualifiée “d’évaluation”, c’est-à-dire que nous essayons de trouver nos marques en tant qu’entreprise d’accueil, avec notre apprenant.  

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉

M² – “Je voulais ouvrir mon entreprise À des profils neuroatypiques”

Handigital : Pouvez-vous présenter M² en quelques lignes ?

M² lutte contre l’obsolescence programmée dans le numérique. C’est une jeune startup qui a vu le jour début 2016. Nous sommes présents à Lyon et à Paris.  Notre métier est double. Il concerne tout d’abord la remise à neuf d’ordinateurs portables et d’ordinateurs fixes pour les particuliers. Notre but est également de permettre à l’utilisateur de retrouver un attrait et un usage plus positif de son ordinateur. Nous voulons qu’il comprenne davantage comment ça fonctionne, comment utiliser au mieux son matériel, dans l’objectif qu’il dure plus longtemps. Cela passe par une sensibilisation à l’entretien, à la sécurité et à l’optimisation de la machine.  Notre second métier, qui découle du premier, concerne la gestion durable du parc informatique chez les professionnels. Nous faisons en sorte que l’ensemble du matériel informatique dure le plus longtemps possible. 

Comment avez-vous eu connaissance du projet Handigital ?

Nous avons eu connaissance du projet Handigital via un partenaire que nous avons en commun. J’ai été sollicité pour m’occuper de leur système d’informations. C’est ainsi que j’ai pris connaissance du projet Handigital et que je me suis trouvé intéressé par le profil d’un développeur.

Pourquoi avoir choisi d’entrer dans le projet Handigital ? Quelles ont été vos principales motivations ?

J’avais une double motivation lorsque j’ai choisi de devenir partenaire du projet Handigital. La première était d’ouvrir mon entreprise à des profils neuroatypiques. Cette idée m’intéressait d’un point de vue humain, mais aussi culturel pour la société. Nous avons beaucoup de profils très variés en termes de culture, d’horizons et de parcours professionnels. J’ai également été très touché d’un point de vue “personnel” par la question.  La seconde était notre besoin régulier d’un développeur pour continuer à développer notre technologie “Fastech” qui nous permet d’automatiser la remise à neuf d’un ordinateur au niveau logiciel.

Vous avez suivi la journée de sensibilisation À l’autisme et au handicap psychique inclus dans le programme pour les entreprises d’accueil. Qu’en retenez-vous ?

C’était une journée extrêmement intéressante et enrichissante. Elle nous a permis de mieux cerner les attentes et les actions à mettre en place afin que l’accueil de l’élève se déroule dans les meilleures conditions.

D’un point de vue personnel, cela a permis également d’ouvrir un spectre plus large sur la connaissance de la maniÈre dont fonctionne l’Homme en général.

Alexandre Morin

Comment ce projet a-t-il été perçu par vos équipes ? Qu’avez-vous mettre en avant pour les fédérer autour de ce projet ?

Le projet a été aussitôt très bien accepté par mon équipe. Tout le monde était ravi du projet et de l’idée. Chacun avait son propre témoignage à apporter, une expérience vécue autour du sujet, soit parce qu’il connaissait quelqu’un en situation de handicap, soit parce qu’il avait déjà travaillé auparavant avec ce type de profil. Je n’ai eu que des avis positifs sur la question.

Vous Êtes aujourd’hui entreprise d’accueil dans le cadre de Handigital, projet expérimental, quelles sont vos attentes ?

Le jeune âge de l’apprenant que nous accueillons implique forcément un certain manque d’expérience du monde professionnel. C’est l’unique attente que nous aurions, à savoir un peu plus d’affinités de l’élève avec le monde du travail et de ses codes associés.

 

Restez connectés, d’autres témoignages sont à venir 😉