Our Blog

Interview Florian Rodriguez et Pierre Blarre, formateurs référents du projet Handigital®

Nous avons rencontré Florian Rodriguez et Pierre Blarre, les deux formateurs référents du projet Handigital®, présents depuis les prémices de l’aventure. 

Retour sur leur expérience, leur parcours, leur ressenti en tant que formateurs, et leurs conseils pour les futurs apprenants. 

 

  • Présentation de votre parcours respectif et de votre activité professionnelle.

Pierre : Je suis co-fondateur et co-gérant de l’agence Web Negative Network, avec Florian Rodriguez, depuis 2011. 

Avant cela, j’ai travaillé durant 3 ans comme chef de projet et développeur en Allemagne, dans une société d’investisseurs. 

Je suis aujourd’hui ingénieur de contenu et formateur chez Handigital® depuis maintenant 3 ans, et également professeur à l’université Grenoble-Alpes depuis 4 ans. 

Florian : J’ai tout d’abord effectué des études d’informatique/mathématiques, avant d’entreprendre un master ingénierie du logiciel libre. J’ai été ingénieur systèmes et réseaux, puis responsable d’un service support-exploitation. 

En 2011, j’ai monté avec Pierre Blarre notre entreprise Negative Network. Cela implique aussi bien la gestion de l’entreprise et de projets clients, que le travail technique polyvalent (développement “frontend”/”backend”, systèmes, réseau, etc.).

Je suis formateur au sein d’Handigital® depuis maintenant 3 ans, et j’enseigne également à l’université Grenoble-Alpes, de la première année de licence à la dernière année de master. Comme Pierre, j’ai beaucoup voyagé et vécu dans plusieurs pays. C’est d’ailleurs lorsque nous habitions tous les deux en Irlande, il y a plus de 15 ans, que nous avons fait connaissance. 

Sur un plan personnel, la formation m’a aussi permis de découvrir les personnes neuroatypiques et d’apprendre À adapter l’enseignement et mon comportement À l’égard des apprenants

Pierre Blarre

  • Pourquoi enseigner ? Quelle(s) matière(s)/compétence(s) enseignez-vous ? 

Pierre : J’aime l’idée de transmettre mon savoir et mon expérience, technique mais aussi d’entreprenariat. J’enseigne la programmation en général, et plus précisément les langages HTML/CSS/JavaScript, le PHP, le Typescript, le SQL et les bases de données, ainsi que les Frameworks Foundation, Laravel, Codeigniter et Angular.

Florian : J’ai choisi d’enseigner car j’avais envie de transmettre mes connaissances. En ce qui concerne le projet Handigital®, après en avoir discuté avec Fabrice Autissier, j’ai tout de suite été motivé par l’idée. Nous avions rencontré à l’époque des professionnels de l’autisme notamment afin de déterminer ce qui était possible et envisageable en termes d’enseignement auprès de profils neuroatypiques. On s’est rapidement rendu compte que le profil des autistes Asperger était très compatible (en général) avec la programmation. L’idée me plaisait bien, c’était pour moi un beau projet. J’avais déjà envie d’enseigner, de former, de transmettre mon savoir. Je voulais faire quelque chose qui change de mon métier, ou en tout cas qui m’apporte quelque chose de plus. L’enseignement nous oblige à prendre de la hauteur et c’est d’autant plus intéressant lorsqu’en parallèle, on est également professionnels. Ça nous permet d’être au plus près du métier. Et les bénéfices sont valables dans les deux sens. D’ailleurs, depuis que j’enseigne, je pense qu’il y a de nombreuses choses que j’ai modifiées dans ma façon de travailler. 

 

  • Et plus particulièrement pourquoi avoir choisi d’enseigner au sein d’Handigital®, auprès d’apprenants neuroatypiques ? 

Pierre : Pourquoi pas !? 🙂 Le projet est bénéfique, comme tout projet de formation, et en plus celui-ci fait de l’insertion pour des personnes qui se sont retrouvées en partie exclues du système scolaire classique ou du monde du travail à cause de leur handicap. Sur un plan personnel, la formation m’a aussi permis de découvrir les personnes neuroatypiques et d’apprendre à adapter l’enseignement et mon comportement à l’égard des apprenants, neuroatypiques ou pas d’ailleurs.

Florian : Ce qui m’a plu dans le projet, notamment après l’expérience de la première année qui a été très concluante, c’est de donner la chance à des personnes très éloignées de l’emploi. Pour certains apprenants, le fait d’intégrer le projet a été une vraie révélation, qui a amélioré grandement leur situation professionnelle certes, mais également leur vie personnelle, notamment grâce à une confiance en soi enfin retrouvée. 

Le fait qu’il s’agisse de personnes essentiellement en situation de handicap, renforce les liens, la solidarité et l’esprit de groupe.

Florian Rodriguez

  • Quels sont pour vous les atouts de la formation ?

Pierre : On travaille avec un petit groupe et on essaie de mettre en place un environnement qui va convenir aux différentes personnes. On prend le temps nécessaire pour l’apprentissage. Le programme est serré mais nous ne sommes pas sujets à des emplois du temps classiques. 

Le gros plus, c’est aussi l’insertion professionnelle. Fabrice et l’équipe font un énorme travail RH qui, à mon avis, est un avantage par rapport à une formation classique où les apprenants doivent se débrouiller…

Florian : Tout d’abord, l’effectif réduit est très appréciable. Cela permet de passer plus de temps avec les élèves. De plus, le fait qu’il s’agisse de personnes essentiellement en situation de handicap, renforce les liens, la solidarité et l’esprit de groupe. Contrairement aux structures et endroits où ces personnes ont pu se sentir rejetées, le projet leur apporte la sensation inverse. Nous, en tant que formateurs, nous prenons en considération les besoins éventuels que peuvent avoir certains apprenants, contrairement à d’autres structures où ces éléments ne sont pas du tout pris en compte.  

 

  • Et finalement, quelles sont les qualités de vos apprenants ?

Pierre : Elles sont diverses et variées, comme dans toute formation avec différentes personnes.  Dans l’ensemble, les gens sont motivés, agréables et s’entraident.

Florian : Comme la plupart des apprenants du projet ont été éloignés de l’emploi et/ou de la formation, ils sont d’autant plus motivés. Ils savent que le projet Handigital® est une grande opportunité et ils sont souvent ultra motivés… ce qui est fort appréciable pour leur apprentissage, mais aussi pour nous en tant que formateurs. 

 

  • Un conseil pour un futur apprenant Handigital®?

Pierre : Faire une initiation à la programmation web sur des sites comme OpenClassRooms, Toxicode ou autre, pour bien comprendre à quoi il faut s’attendre.

Ne pas avoir peur de commencer. Avant de savoir faire quelque chose, tout le monde débute, et il faut bien avoir conscience qu’on ne devient pas programmeur du jour au lendemain.

Être patient et être prêt à prendre le temps de lire de la documentation, d’essayer, de rater, de recommencer, d’essayer, de rater, de recommencer, etc. 🙂

Dans l’ensemble, c’est important de comprendre que l’on va passer de nombreuses heures à essayer de régler des problèmes informatiques, qui amènent leurs lots de frustrations avant que ça fonctionne, mais qui à terme, vont forger un savoir et un métier qui permettent de nombreux débouchés, en plus de faire de vous un super utilisateur informatique !

Florian : Je leur conseille de se renseigner un peu sur les métiers de l’informatique, en particulier le métier de développeur. Et bien sûr, il faut être motivé. Si on est motivés, si on se donne les moyens, on y arrive forcément !

 

Restez connecté, d’autres interviews sont à venir ! 😉

 

Interview Marie VATIN-PERIGNON, apprenante du projet Handigital®, embauchée au sein de Munéo®
Handigital® Chambéry : on recrute !

Laisser un commentaire

5 × 4 =

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité