5 astuces pour réussir sa reconversion dans le digital

La période du confinement a représenté pour de nombreux Français l’occasion de réfléchir, de se remettre en question, aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel. Pour certains, la certitude que leur emploi n’était plus fait pour eux a fait son chemin, et pour d’autres, l’idée de se reconvertir est devenue l’objectif de ces prochains mois. Parmi ces projets, de nombreuses reconversions professionnelles dans les métiers du numérique sont prévues. Eh oui, ce secteur d’avenir attire de plus en plus. Alors, comment faire pour se reconvertir dans le numérique ? Quel métier choisir ? Voici toutes nos astuces pour réussir votre reconversion dans les métiers du numérique.

Faire un bilan de compétences

Le bilan de compétences est un dispositif qui a pour but de vous accompagner dans la construction de votre projet professionnel. D’une durée totale de 24 heures réparties sur plusieurs mois, ce service payant permet d’analyser finement vos compétences et vos motivations pour mieux vous projeter et prendre en main votre avenir professionnel. Le bilan de compétences aide également à déterminer les étapes essentielles à la construction du projet à travers trois étapes qui sont : la phase préalable, la phase d’investigation et la phase de conclusion. Le conseiller en charge du bilan utilise alors les résultats des différents tests effectués pour proposer des pistes pertinentes et aboutir à votre projet. Il est également en mesure de comprendre vos compétences et de déchiffrer votre personnalité pour vous aiguiller de manière efficace vers un nouveau métier.

Alors, certes ce dispositif est payant, mais certains organismes le prennent en charge. Vous pouvez également mobiliser votre compte CPF pour le financer.

Néanmoins, si vous êtes demandeur d’emploi, il existe un équivalent entièrement gratuit nommé le ECCP (Évaluation des Compétences et des Connaissances Professionnelles) qui vous aidera à obtenir les mêmes réponses.

Sachez qu’il existe également le Conseil en Évolution Professionnelle (CEP). Il s’agit d’un dispositif gratuit et surtout plus rapide que le bilan de compétences qui apporte également un accompagnement pour entamer une reconversion.

Opter pour un métier qui vous passionne

Le numérique est un secteur très porteur qui recrute et qui recherche constamment de nouvelles pépites. C’est aussi un domaine qui propose un large panel de professions. UX designer, développeur, SEM manager, programmeur… sont autant de métiers qui font partie du digital. Et chaque année, de nouvelles professions apparaissent et un choix de plus en plus large se présente donc aux personnes attirées par ce secteur. Difficile donc de s’y retrouver. Encore une fois, le bilan de compétences ou une fine analyse de vos atouts et de vos objectifs vous permettra de cibler davantage le métier qui vous passionne.

Il est également nécessaire de repérer les métiers les plus recherchés. Vous pouvez par exemple consulter les rapports des réseaux sociaux professionnels comme celui de LinkedIn par exemple. Plusieurs métiers du numérique ressortent. C’est le cas des community manager, data scientist, ou encore développeurs web qui sont très populaires et très demandés. Mais, opter pour un métier tendance n’est pas suffisant. Vous devez également prendre en compte vos goûts et votre appétence pour faire votre choix. Si vous avez une âme littéraire, les métiers techniques du numérique ne sont peut-être pas faits pour vous, et inversement.

Tester le métier

Rien de tel que d’être sur le terrain et de tester le métier de manière concrète. C’est l’occasion de rencontrer des professionnels du secteur à qui vous pourrez poser les questions qui vous taraudent afin de balayer vos doutes. Vous pouvez tout d’abord activer votre réseau, sur LinkedIn par exemple, afin de nouer des liens avec les professionnels et les aborder en toute simplicité. Vous pouvez aussi rejoindre Meetup : un bon moyen de rencontrer du monde et de tester une nouvelle activité.

Et pour rentrer dans le vif du sujet, rien de tel que l’immersion. Pour cela il est essentiel de participer à des évènements comme les Duos Days par exemple, destinés aux personnes en situation de handicap. Handigital® y a d’ailleurs participé l’an dernier et a permis à un candidat à la reconversion de découvrir les nombreuses facettes du métier de développeur web.

Choisir LA formation qui convient

Votre projet professionnel se précise ? Vous avez pris votre décision et souhaitez définitivement changer de voie ? Il est donc temps de trouver la formation qui vous convient et qui vous permettra enfin de changer de métier. Formation courte, à temps plein, en alternance, en e-learning… Les solutions et les offres de formation sont nombreuses. Renseignez-vous bien sur les organismes avant de valider votre choix. Chez Handigital®, la formation développeur web full stack se déroule sur 8 mois, sur lesquels s’étalent des périodes de cours et de stages en entreprise. Au total, ce sont 888 heures de formation pour assurer un socle minimum de connaissances en développement front-end et back-end qui permettront au candidat de développer son employabilité, de démarrer rapidement en entreprise, ou de poursuivre avec une formation diplômante.

Connaître les dispositifs de financement à disposition

Pour se former, il est essentiel de connaître les différents types de financement qui s’offrent à vous. Si vous êtes salarié, des dispositifs sont à votre disposition pour financer votre formation. Vous pouvez par exemple mobiliser une partie ou la totalité de votre compte personnel de formation pour financer une formation éligible. Si vous êtes demandeur d’emploi, renseignez-vous auprès de Pôle Emploi afin de monter un dossier de demande de financement : de nombreuses aides existent.

Chez Handigital®, vous bénéficierez d’une formation entièrement gratuite, financée en totalité par des fonds publics et privés. Handigital® bénéficie en effet du soutien de partenaires tels que la Région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Agefiph, APICIL Actions Sociales, AG2R La Mondiale ou encore la fondation Pierre Dumas. Le projet obtient également des financements publics grâce au CARED + (Contrat d’Aide au Retour à l’Emploi Durable).

Exercer le même métier toute sa vie, c’est possible, mais la reconversion professionnelle est devenue monnaie courante, surtout depuis l’essor des métiers du numérique. Que vous soyez salarié, en situation de handicap, ou coupé du monde du travail pour diverses raisons, donner un nouvel élan à votre parcours professionnel est aujourd’hui possible grâce aux opportunités qu’offre le secteur du numérique. Entreprendre une reconversion et une formation dans le digital permet une insertion professionnelle assurée et l’ouverture de nombreuses portes sur le marché du travail.

Le digital vous passionne ? Vous avez une certaine appétence pour les métiers du numérique ? Si vous avez un projet de reconversion professionnelle et êtes en situation de handicap, Handigital® vous ouvre ses portes. Nos sessions de recrutement sont en cours. Alors, n’hésitez pas à nous contacter pour davantage d’informations ou à consulter notre site internet.

5 raisons d’avoir recours a l’alternance dans les métiers du numérique

Choisir l’alternance dans le numérique est synonyme de nombreux avantages pour les apprenants. Outre le fait que cette méthode de formation permet de fusionner efficacement théorie et pratique, elle permet également d’ajouter une ligne significative sur le CV. Mais, l’alternance dans les métiers du numérique n’est pas bénéfique que pour les apprenants. Les entreprises peuvent également profiter de cette formule efficace et y trouver leur compte. En tant qu’employeur, vous envisagez d’avoir recours à l’alternance dans les métiers du numérique, mais hésitez encore ? Voici les 5 raisons et avantages qui vous aideront à vous décider.

1 – Un cout maîtrisé

Grâce aux aides exceptionnelles de l’État, apporter une nouvelle approche et de nouvelles compétences à votre équipe est possible, et à coût réduit. En effet, jusqu’au 31 décembre 2021, l’État vous permet de bénéficier jusqu’à 8 000 euros d’aide à l’embauche : une aide financière qui est certes soumise à conditions, mais qui peut s’avérer bien utile pour couvrir les salaires de l’alternant. Mise en place dans le cadre du plan “1 jeune, 1 solution”, cette aide financière est prolongée jusqu’à fin décembre 2021. En effet, certaines entreprises, notamment certaines start up n’ont pas les moyens de recruter des candidats en CDD ou CDI. L’alternance et ses aides financières sont par conséquent une belle alternative qui permet de combler un besoin en entreprise, et de créer de nouvelles opportunités professionnelles pour les apprenants en demande.

Si vous décidez de recruter une personne en situation de handicap, sachez également que des aides financières existent pour soutenir l’emploi de ces profils. L’Agefiph propose justement une aide majorée à la conclusion d’un contrat de professionnalisation avec une personne en situation de handicap. Cette aide financière d’un montant maximum de 5 000 euros est cumulable avec les aides exceptionnelles mises en place par le gouvernement. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de l’Agefiph.

2 – L’acces à un vivier d’apprenants motivés

Avoir recours à l’alternance dans les métiers du numérique permet d’avoir accès à un panel de candidats qui n’attend qu’une chose : découvrir la réalité du terrain. Parce que la formation théorique c’est bien, mais la mettre en pratique, c’est motivant. L’alternance permet de repérer des talents, de découvrir des pépites et d’insuffler une nouvelle dynamique aux équipes déjà formées. C’est également l’occasion d’intégrer une personne flexible qui comprend rapidement les codes de l’entreprise. De plus, les apprenants du digital reçoivent des formations qui répondent aux besoins actuels des entreprises. L’alternance permet donc de recruter un collaborateur rapidement opérationnel et réceptif, qui sera en mesure de vous faire bénéficier d’un véritable transfert de ses compétences acquises au cours de son cursus.

3 – Une sorte de grande période d’essai

Si vous envisagez de créer un poste ou de recruter à court terme, l’alternance peut représenter une première étape, une sorte de grande période d’essai qui vous permettra d’apprécier ou pas les compétences de votre recrue. Dans le contexte actuel de pénurie de talents dans le secteur du numérique, l’alternance permet de recruter à l’issue de la période de formation un collaborateur qui a déjà acquis les valeurs de votre entreprise. C’est un moyen efficace de minimiser les risques et un véritable outil de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences qui permet de répondre à un besoin actuel tout en se donnant le temps de prévoir une action à long terme.

4 – L’intéret du profil atypique

Parmi les candidats qui se présenteront à vous, vous trouverez de nombreux profils atypiques. En effet, le secteur du numérique est porteur et nombreuses sont les personnes à entreprendre une reconversion dans cette filière. Les profils atypiques ne doivent pas vous faire fuir, bien au contraire. Ils représentent une véritable force pour vos équipes. Motivés et impliqués, ils apprennent vite et débordent de motivation en raison de leur envie de montrer leur valeur. Ce dépassement peut bien souvent être communicatif et pousser les autres collaborateurs à faire de même. Le recrutement de profils atypiques provenant de tous horizons est également l’occasion de montrer votre ouverture d’esprit et d’apporter une vision différente à l’ensemble de vos collaborateurs.

5 – Un recrutement simplifié

Recruter en alternance oblige les entreprises à entreprendre des démarches administratives souvent fastidieuses. Heureusement, les écoles et centres de formation aux métiers du numérique accompagnent bien souvent les employeurs dans cette étape. Un suivi continu des alternants est également effectué, ce qui favorise les échanges et crée un climat de confiance entre les différents acteurs.

L’alternance dans les métiers du numérique a donc de nombreux intérêts pour les étudiants du digital, puisqu’elle offre un véritable tremplin vers la vie active et une première expérience professionnelle. Mais, l’alternance revêt également de nombreux atouts pour les entreprises, sans oublier qu’elle représente une belle démarche citoyenne à l’égard des alternants.

Vous voulez vous aussi participer et aider les apprenants en favorisant leur insertion dans la vie professionnelle ? Vous voulez contribuer à l’inclusion des profils atypiques et des personnes en situation de handicap dans les métiers du numérique ? N’hésitez pas à rejoindre le projet Handigital® et devenir entreprise d’accueil pour recevoir nos apprenants lors de stages, et plus si affinités. Pour plus d’information, n’hésitez pas à nous contacter.

Focus métier développeur web

Internet a révolutionné notre quotidien, et continue de créer des emplois. En effet, le digital est encore aujourd’hui l’un des secteurs les plus dynamiques en termes de recrutement. Mais, le domaine du numérique offre un large panel de professions et de métiers. Du chef de projet au webmaster, en passant par le web designer, il est parfois difficile de s’y retrouver, et de faire un choix pour ceux qui souhaitent faire carrière dans ce secteur.

Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons décidé de faire un petit focus sur la profession très convoitée de développeur web. Un métier d’avenir aux multiples facettes qui n’a pas fini de séduire les passionnés du numérique.

Développeur web : qu’est-ce que c’est ?

Le développeur web, également nommé analyste-programmeur ou concepteur-développeur, crée des logiciels, des sites web ou intranets, ou encore des applications pour mobiles, grâce à l’utilisation de langages de programmation spécifiques.

Le développeur web peut exercer dans diverses structures : en tant que consultant dans une Entreprise de Service Numérique (ESN), ou en tant que salarié au sein d’un département informatique d’une entreprise, d’une agence web ou DSI. Il peut également être à son compte en tant que freelance. Son environnement de travail aura donc une certaine influence sur sa façon de travailler. En agence ou en entreprise, le développeur web est souvent intégré à une équipe composée de graphistes et d’autres développeurs, dirigée par un chef de projet. S’il opte pour le statut de freelance, il disposera alors de beaucoup plus d’autonomie.

Grâce à un cahier de charges qui détaille les exigences et les contraintes à respecter, le développeur web va proposer des solutions techniques qu’il devra mettre en œuvre, tester, corriger et faire évoluer par la suite.

Mais le métier de développeur peut également avoir une dimension humaine, puisque ce professionnel qui travaille pour des clients, sera également souvent amené à former ces derniers, souvent novices en la matière, et assurer le support technique.

Comment devenir développeur web ?

Les études et formations

Pour devenir développeur web, il n’y a pas de parcours tout tracé. Il existe malgré tout des formations universitaires et des écoles d’ingénieurs qui permettent d’accéder à cette profession. Il faut savoir que la plupart des développeurs web sont issus de formations courtes telles que les DUT, BTS et Licences Professionnelles, quand d’autres détiennent un Bac + 5 et sortent d’écoles d’ingénieurs. Les profils sont donc assez variés.

Le métier étant aujourd’hui très recherché par les entreprises, il existe également des formations courtes qui permettent aux personnes en situation de handicap, ou aux demandeurs d’emploi de longue durée de se former au métier et d’acquérir en quelques mois un socle de connaissances en développement (www.handigital-formation .com). Les entreprises recrutent d’ailleurs de plus en plus d’autodidactes, passionnés et animés par les métiers du numérique. En effet, pour devenir développeur web, le cursus scolaire et les études ne suffisent pas. Le web étant en constante évolution, le développeur web doit être suffisamment passionné pour s’autoformer régulièrement et se tenir à la page des tendances.

Les compétences et qualités requises

Le métier de développeur web est très varié, ce qui demande un large éventail de compétences techniques et personnelles.

En effet, ce professionnel du web doit posséder d’excellentes connaissances techniques, des capacités organisationnelles, mais il doit également avoir une certaine fibre créative.

Il doit tout d’abord maîtriser les concepts de programmation (programmation objet et génie logiciel) ainsi que différents langages et framework associé. Parmi ces langages, on retrouve principalement : HTML/CSS, JavaScript, PHP, Python, JQuery, SQL, Ruby, Java, C++, etc. Il faut savoir que ces langages de programmation sont divisés en deux catégories bien distinctes. Il y a les langages qui permettent d’agir sur l’interface visible par l’utilisateur : ce sont les langages frontend, et ceux qui permettent de coder la partie cachée, à savoir la structure du système. Ce sont alors les langages backend.

La maîtrise de l’anglais est également un plus, notamment dans la compréhension des nombreux termes spécifiques du domaine de l’informatique… Mais cela n’est pas indispensable.

Le développeur web doit aimer le changement et l’évolution. En effet, les applications et les langages changent régulièrement. L’explosion des applications mobiles depuis quelques années oblige à se former sur le développement de nouveaux formats. Le développeur doit donc pouvoir s’adapter facilement et rapidement aux méthodes de développement évolutives. Il est recommandé de posséder une vaste culture informatique, et d’avoir l’envie de s’autoformer régulièrement.

Le web développeur doit également savoir travailler en équipe, et pourquoi pas même gérer une équipe, afin d’évoluer vers des postes à responsabilités, tels que chef de projet web ou lead développeur.

Le métier de développeur web demande également certaines qualités personnelles. Il doit être patient, curieux, rigoureux, faire preuve de logique et de précision. Enfin, le développeur doit être capable de s’affirmer dans ses relations avec les clients.

Le métier de développeur web a donc encore de beaux jours devant lui et ne risque pas encore d’être détrôné par l’IA. Il bénéficie de nombreuses opportunités sur le marché de l’emploi et cette tendance ne risque pas de s’inverser étant donné le joli fossé qui subsiste encore entre l’offre et la demande.

Focus métier développeur web

Internet a révolutionné notre quotidien, et continue de créer des emplois. En effet, le digital est encore aujourd’hui l’un des secteurs les plus dynamiques en termes de recrutement. Mais, le domaine du numérique offre un large panel de professions et de métiers. Du chef de projet au webmaster, en passant par le web designer, il est parfois difficile de s’y retrouver, et de faire un choix pour ceux qui souhaitent faire carrière dans ce secteur. 

Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons décidé de faire un petit focus sur la profession très convoitée de développeur web. Un métier d’avenir aux multiples facettes qui n’a pas fini de séduire les passionnés du numérique

Développeur web : qu’est-ce que c’est ? 

Le développeur web, également nommé analyste-programmeur ou concepteur-développeur, crée des logiciels, des sites web ou intranets, ou encore des applications pour mobiles, grâce à l’utilisation de langages de programmation spécifiques

Le développeur web peut exercer dans diverses structures : en tant que consultant dans une Entreprise de Service Numérique (ESN), ou en tant que salarié au sein d’un département informatique d’une entreprise, d’une agence web ou DSI. Il peut également être à son compte en tant que freelance. Son environnement de travail aura donc une certaine influence sur sa façon de travailler. En agence ou en entreprise, le développeur web est souvent intégré à une équipe composée de graphistes et d’autres développeurs, dirigée par un chef de projet. S’il opte pour le statut de freelance, il disposera alors de beaucoup plus d’autonomie. 

Grâce à un cahier des charges qui détaille les exigences et les contraintes à respecter, le développeur web va proposer des solutions techniques qu’il devra mettre en œuvre, tester, corriger et faire évoluer par la suite. 

Mais le métier de développeur peut également avoir une dimension humaine, puisque ce professionnel qui travaille pour des clients, sera également souvent amené à former ces derniers, souvent novices en la matière, et assurer le support technique. 

Comment devenir développeur web ? 

Les études et formations

Pour devenir développeur web, il n’y a pas de parcours tout tracé. Il existe malgré tout des formations universitaires et des écoles d’ingénieurs qui permettent d’accéder à cette profession. Il faut savoir que la plupart des développeurs web sont issus de formations courtes telles que les DUT, BTS et Licences Professionnelles, quand d’autres détiennent un Bac +5 et sortent d’écoles d’ingénieurs. Les profils sont donc assez variés. 

Le métier étant aujourd’hui très recherché par les entreprises, il existe également des formations courtes qui permettent aux personnes en situation de handicap, ou aux demandeurs d’emploi de longue durée de se former au métier et d’acquérir en quelques mois un socle de connaissances en développement (www.handigital-formation.com). Les entreprises recrutent d’ailleurs de plus en plus d’autodidactes, passionnés et animés par les métiers du numérique. En effet, pour devenir développeur web, le cursus scolaire et les études ne suffisent pas. Le web étant en constante évolution, le développeur web doit être suffisamment passionné pour s’autoformer régulièrement et se tenir à la page des tendances. 

Les compétences et qualités requises 

Le métier de développeur web est très varié, ce qui demande un large éventail de compétences techniques et personnelles

En effet, ce professionnel du web doit posséder d’excellentes connaissances techniques, des capacités organisationnelles, mais il doit également avoir une certaine fibre créative. 

Il doit tout d’abord maîtriser les concepts de programmation (programmation objet et génie logiciel) ainsi que différents langages et framework associés. Parmi ces langages, on retrouve principalement : HTML/CSS, JavaScript, PHP, Python, jQuery, SQL, Ruby, Java, C++, etc. Il faut savoir que ces langages de programmation sont divisés en deux catégories bien distinctes. Il y a les langages qui permettent d’agir sur l’interface visible par l’utilisateur : ce sont les langages frontend, et ceux qui permettent de coder la partie cachée, à savoir la structure du système. Ce sont alors les langages backend

Bien que cela ne soit pas indispensable, la maîtrise de l’anglais est également un plus, notamment dans la compréhension des nombreux termes spécifiques du domaine de l’informatique. 

Le développeur web doit aimer le changement et l’évolution. En effet, les applications et les langages changent régulièrement. L’explosion des applications mobiles depuis quelques années oblige à se former sur le développement de nouveaux formats. Le développeur doit donc pouvoir s’adapter facilement et rapidement aux méthodes de développement évolutives. Il est recommandé de posséder une vaste culture informatique, et d’avoir l’envie de s’autoformer régulièrement. 

Le web développeur doit également savoir travailler en équipe, et pourquoi pas même gérer une équipe, afin d’évoluer vers des postes à responsabilités, tels que chef de projet web ou lead développeur.  

C’est un métier qui demande également certaines qualités personnelles. Le développeur web doit être patient, curieux, rigoureux, faire preuve de logique et de précision. Enfin, il doit être capable de s’affirmer dans ses relations avec les clients. 

 

Le métier de développeur web a donc de beaux jours devant lui et ne risque pas encore d’être détrôné par l’IA. Il bénéficie de nombreuses opportunités sur le marché de l’emploi et cette tendance n’est pas prête de s’inverser étant donné le joli fossé qui subsiste encore entre l’offre et la demande.

DuoDay® 2020 : Mille et Un Regards participe

Pour découvrir un métier sous toutes ses facettes, rien de tel qu’une véritable immersion en entreprise. Et c’est ce que propose le DuoDay®. Le principe est tout simple : à l’occasion de la journée nationale du DuoDay®, une entreprise ou une collectivité accueille dans ses locaux une personne en situation de handicap. Au programme : la découverte d’un métier bien précis, en duo avec un collaborateur de l’entreprise volontaire. 

Une belle opportunité de rencontre à laquelle nous avons décidé de participer au sein de Mille et Un Regards, notre agence web, en accueillant ce jeudi 19 novembre Nicolas. Retour sur cette journée découverte pour notre duo : Nicolas et David, notre chef de projet web. 

Retour de Nicolas

Nicolas, pouvez-vous vous présenter brièvement ? 

J’ai 37 ans et un parcours en tant que comptable. Je souhaite me reconvertir après la réalisation d’un bilan de compétences, à la suite duquel ressortaient des métiers en lien avec le numérique.

Pourquoi participer au DuoDay® ? 

Mon conseiller Cap Emploi m’a informé de cet événement et de l’offre de duo avec Mille et Un Regards. L’idée était de découvrir le métier de développeur web qui m’attire plus particulièrement. Pour moi, c’est un métier porteur.

Comment s’est déroulée votre matinée ? 

Cela s’est bien passé. David m’a montré la partie technique des missions d’un développeur web : le maquettage, le design, le code, divers langages… Il m’a présenté plusieurs métiers que peut exercer un développeur web (développeur front et back end, UI, UX etc.). Il m’a évoqué la gestion de projet et nous avons échangé sur les attendus de son métier, l’importance du travail en équipe et plus généralement son quotidien.

Quel est votre bilan à l’issue de cette journée d’immersion ? 

Le métier de développeur est très intéressant. J’ai pu mieux en découvrir les pratiques. Cela a conforté la représentation que j’avais de ce métier, des aspects techniques à d’autres plus larges.

Retour de David, chef de projet Mille et Un Regards

David, pourquoi avoir décidé de te porter volontaire pour ce duo ?  

C’est une belle opportunité de partager et d’expliquer mon métier. La culture de notre agence web reste atypique dans le sens où nous recrutons en priorité, et à compétences égales, des personnes en situation de handicap. Je suis donc naturellement sensibilisé à la question du handicap en entreprise. De plus, j’ai déjà été tuteur de stagiaires et j’aime avant tout transmettre mes connaissances… ici un avant-goût du métier que j’exerce et qui me passionne. 

Pourrais-tu nous faire un retour sur cette journée ? 

Au-delà du volet technique, j’ai essayé de montrer des aspects de mon métier qui peuvent ne pas être valorisés tels que le travail collaboratif et ainsi donner des perspectives au-delà des clichés souvent véhiculés. Nicolas s’est montré impliqué, curieux et à l’écoute. Ça a été un plaisir de le recevoir, d’échanger avec lui et de lui faire découvrir mon quotidien !

Mille et Un Regards a été ravi d’accueillir Nicolas durant cette journée nationale du DuoDay®. C’est avec grand plaisir que nous renouvellerons notre participation à l’avenir à cette belle initiative, qui permet d’une part de rendre le monde du travail plus inclusif, et d’autre part de dépasser les préjugés et changer les regards. 

Vous voulez en savoir davantage sur le DuoDay® ? Rendez-vous sur leur site en cliquant ici.

 

Handigital® fait sa rentrée À Grenoble pour sa troisiÈme saison

Fondée en 2018, Handigital® a pour principal objectif de répondre à la problématique de pénurie de talents numériques. Sa mission : faire face à la demande croissante des entreprises du numérique, et faire bénéficier les personnes en situation de handicap, souvent éloignées de l’emploi et de la formation, des nombreuses opportunités qu’offre le secteur. 

Avec ses trois pôles de formation, dont le prochain ouvrira à Chambéry en janvier 2021, Handigital® poursuit donc sa mission avec cette troisième session sur le site de Grenoble. En effet, les inscriptions sont bel et bien terminées pour Handigital® Seyssins, et l’heure de la rentrée a enfin sonné pour les nouveaux apprenants. Au programme : 600 heures de formation et 288 heures de stage au total, le tout dans une ambiance bienveillante, pour former ces apprenants au métier de développeur web et assurer leur inclusion professionnelle.

Handigital® Grenoble : une saison 2 réussie

Malgré la crise sanitaire et le confinement qui ont touché tout le pays en mars dernier, le bilan de la seconde saison Handigital® Grenoble est plutôt positif, aussi bien d’un point de vue qualitatif que quantitatif. Les 80 % de taux de réussite à la formation de développeur web full stack témoignent d’ailleurs du succès de cette seconde saison atypique. De nombreux élèves ont pu bénéficier d’un contrat de professionnalisation (65 %) au terme de la formation, quand d’autres ont tout simplement choisi le retour en formation universitaire. C’est donc fiers de ce bilan et dans un état d’esprit confiant et positif que nous abordons cette troisième session sur Grenoble, avec pour principal objectif : amener nos apprenants au bout de leur projet professionnel et assurer leur employabilité sur le marché du travail

Une formation pour rejoindre un secteur porteur et plein d‘avenir

Malgré la crise sanitaire, le secteur du numérique se porte plutôt bien, et les métiers du digital sont toujours en pleine croissance. De belles opportunités attendent donc nos apprenants au terme de leur formation. Au menu, les mêmes ingrédients que les sessions précédentes pour réussir ! Huit mois de formation durant lesquels nos apprenants auront droit à un programme divisé en plusieurs modules, conçus spécialement pour répondre aux besoins des entreprises, et 288 heures de stage. Entourés par une équipe pédagogique de qualité composée de professionnels en activité et formée aux différents types de handicaps, les apprenants Handigital® Grenoble Saison 3 auront donc toutes les cartes en main pour donner un véritable coup de pouce à leur avenir professionnel. Un avenir, rappelons-le, plutôt serein étant donné la demande croissante des entreprises du territoire. 

Nos entreprises partenaires ont d’ailleurs également répondu à l’appel pour cette rentrée, pleinement satisfaites du projet et des différents stagiaires qu’elles ont accueillis, qui ont su faire preuve de sérieux et d’assiduité. Des entreprises toujours formées et accompagnées par nos soins sur toute la durée du projet et jusqu’à 6 mois après la fin de formation.

Toutes les conditions sont donc réunies pour que nos apprenants évoluent dans une ambiance studieuse, conviviale et bienveillante, pleinement favorable à leur réussite. 

Un recrutement diversifié 

Les appels aux candidatures ont porté leurs fruits et cette nouvelle promotion pour le site de Grenoble affiche complet ! Comme toujours, cette session sera composée de profils totalement hétéroclites, aux parcours de vie, scolaires et/ou professionnels très différents. Mais c’est également ce qui fait la richesse du projet Handigital® et c’est d’ailleurs l’un des points forts de notre école. En effet, cette grande hétérogénéité, aidée par l’effectif réduit de nos sessions, rapproche les apprenants et favorise grandement l’entraide ainsi que la création de liens et d’affinités. Si nos apprenants ne possèdent pas les mêmes capacités, ou le même niveau de connaissance, tous présentent une passion pour le numérique, et une profonde envie de progresser. Et c’est avant tout cette motivation et cette appétence que nous recherchons chez les candidats. 

Fort de ses deux premières promotions, le site de Grenoble démarre donc cette nouvelle session sur les chapeaux de roue, malgré la crise sanitaire. Le coup d’envoi est donc lancé pour Handigital® Grenoble saison 3, et nous pouvons donc d’ores et déjà souhaiter aux apprenants une bonne formation et une très belle réussite !

 

Vous êtes vous aussi intéressé par le numérique ? Vous êtes reconnu en qualité de travailleur handicapé, mais vous avez raté la date des inscriptions ? Rassurez-vous, d’autres sessions sont à venir, notamment sur nos sites de Lyon et Chambéry. 

En attendant, rendez-vous sur notre site à la découverte de notre programme, qui sera peut-être prochainement le vôtre, ou restez connecté à notre section “actualités” pour connaître toute l’actu de notre école ! 

Vous souhaitez devenir entreprise partenaire et recruter de nouveaux talents? Ne tardez plus et prenez contact avec notre école. Votre futur développeur web se trouve peut-être parmi nos apprenants ! 

Et parce que la gratuité de notre projet participe activement à la réussite et à l’épanouissement de nos élèves, nous sommes sans cesse à la recherche de nouveaux financeurs et de partenaires financiers. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez soutenir nos actions

 

Covid-19 : les conséquences sur le secteur du numérique

La crise sanitaire a touché de plein fouet l’économie mondiale. Aucun secteur n’a été épargné par ce phénomène sans précédent. Même si de nombreuses entreprises françaises du numérique ont ressenti l’impact de cette crise, ce secteur parvient malgré tout à tirer son épingle du jeu. En effet, la transition numérique et la révolution digitale avaient déjà débuté leur ascension fulgurante depuis quelques années, mais la Covid-19 a accéléré leur progression et a accentué ce virage numérique de manière exponentielle. Le numérique est devenu l’un des principaux moteurs de croissance. Comment ? Quelles sont les conséquences de la crise sur le secteur numérique ? Faisons le point dans cet article. 

Covid-19 : la mutation des habitudes 

Des habitudes de consommation modifiées

Magasins fermés, peur des contacts physiques… la Covid-19 a changé radicalement notre façon de consommer, et une grande partie de la population s’est rabattue, ou a même découvert pour les plus récalcitrants, les joies des sites internet marchands. Alors, désormais, il est question pour les entreprises d’avoir la meilleure visibilité possible sur le web, et d’offrir la meilleure expérience utilisateur. Une aubaine pour les concepteurs de sites web, les créateurs de contenus et les entreprises du secteur qui ont pu “profiter” de la crise pour équiper les commerçants et entreprises retardataires dans le domaine du digital, d’un site internet et d’un écosystème performant pour leur relation client. Il est en effet vital pour eux d’investir aujourd’hui massivement dans leur présence sur le net et dans leur offre de produits et de services à distance s’ils veulent survivre. La crise a mis en évidence la nécessité du numérique pour les entreprises, avec parmi elles, celles qui étaient déjà préparées au digital, et les autres qui ont dû rapidement s’adapter et adopter une stratégie digitale pour ne pas couler. 

L’avÈnement du télétravail 

L’entreprise et ses habitudes de travail n’ont pas été épargnées par la crise. De nouveaux usages ont fait leur apparition et les entreprises ont dû rapidement adopter de nouveaux plans d’action. En plus des locaux à l’image de l’open-space, ce sont également les méthodes de travail qui ont dû être revues. La Covid-19 a démontré qu’il n’était pas toujours indispensable de faire 50 km quotidiennement pour rejoindre son lieu de travail, et que le “homeworking” pouvait fonctionner ! Et pour garantir aux collaborateurs un travail à distance digne de ce nom, les entreprises ont pris conscience de l’importance de la bonne santé de leur parc informatique et de leur connectivité. En effet, c’est l’environnement de travail tout entier qui a été modifié en s’affranchissant des barrières géographiques. La Covid-19 pourrait donc valider le recours à long terme de la visioconférence et du travail à distance

Un quotidien bouleversé

Salles de spectacle et cinémas fermés ou très réglementés, il a fallu se rabattre vers d’autres sources de loisirs. Netflix est alors devenu le moment de convivialité pour de nombreux foyers français et les cours en ligne (sport, cuisine, etc.) ont également su tirer profit de cette pandémie. À l’image des commerçants qui ont rapidement eu besoin d’un site internet pour assurer leur présence sur le web et renaître de cette crise, les restaurateurs également ont dû se réinventer et continuent de le faire. Livraisons à domicile et vente à emporter pour les uns, créations de cours à distance pour les autres… le numérique est devenu une nécessité, là où le rapport physique n’est plus possible. L’explosion de l’usage d’internet s’accélère donc pour permettre à tous de rebondir. 

Covid-19 : vers une société encore plus digitalisée

La Covid a eu, certes, quelques répercussions négatives sur le secteur du numérique. En effet, de nombreuses entreprises ont subi les conséquences de leurs clients. C’est souvent le cas des startup, des TPE et des PME qui avaient un portefeuille clients pas suffisamment fourni. Mais la Covid a surtout accéléré la transformation numérique, en révélant sa nécessité profonde. 

Les différents acteurs du Cloud et du Saas ont vu leur activité déborder, tout comme les intervenants dans le domaine de la cyber sécurité, ou de l’Edge Computing (méthode d’optimisation employée dans le Cloud Computing). Le Big Data et l’Intelligence Artificielle ont pris une place centrale dans la stratégie des entreprises. En effet ces technologies sont de précieuses aides pour leur compétitivité et la prise de décision des dirigeants. Elles permettent de cerner les habitudes des consommateurs et les anticiper. Marketing, finance, production… les données représentaient déjà un véritable levier de croissance pour les grands groupes, mais avec la crise, elles sont devenues indispensables. Et elles le sont également pour lutter contre le virus. En effet, depuis le début de la crise, le portail de données publiques français data.gouv.fr recense de nombreuses données issues de l’Agence nationale de santé publique (exemple : le nombre d’hospitalisations parmi les passages aux urgences). Au même titre des données, les technologies numériques sont également utilisées pour lutter contre la propagation du virus avec la géolocalisation par exemple. 

La crise sanitaire est devenue un véritable levier accélérateur pour le monde du digital et a su démontrer les défis et les enjeux du numérique d’aujourd’hui et de demain. Suite aux mutations structurelles, certaines entreprises déjà préparées ont su saisir les opportunités du numérique pour se développer davantage ou réussir leur transformation, quand d’autres ont subi la crise de plein fouet, dû en partie à leur incapacité d’évoluer dans cette accélération numérique et cette ère du digital

 

Bilan Handigital® Grenoble

Juillet 2020 a sonné la fin de la seconde saison d’Handigital® Grenoble. L’occasion pour l’école de faire le bilan, et de revenir sur les temps forts de cette session pas comme les autres. En effet, la situation de crise sanitaire et le confinement nous ont obligés à innover, à nous adapter et à être encore plus réactifs qu’à notre habitude. Une situation inédite, pleine de rebondissements, et jonchée de difficultés auxquelles nous avons su faire face efficacement, et grâce auxquelles nous sortons grandis davantage. 

Handigital® Grenoble saison 2

La seconde saison d’Handigital® Grenoble a débuté le 23/09/2019, pour prendre fin au 17/07/2020 (au lieu du 15/05/2020). Ce sont 11 candidats qui ont été sélectionnés pour intégrer les locaux de Seyssins. D’une moyenne d’âge de 28 ans, cette session hétérogène a permis de regrouper des personnes autistes de niveau 1 sans déficit intellectuel, des apprenants en situation de handicap psychique, et des apprenants en situation de handicap moteur

L’ensemble de ces stagiaires ont donc rejoint le projet pour 6 modules, soit 600 heures de formation accompagnées de 252 heures de stage, avec au programme : 

  • module 1 : B2I® Adultes de (30h) ; 
  • module 2 : Savoir-être et connaissance de l’entreprise (65h) ; 
  • module 3 : Développeur front-end (190h) ; 
  • module 4 : Développeur back-end (190h) ;
  • module 5 : Contenus complémentaires (85h) ;
  • module 6 : UI/Web design (40h).

Les difficultés liées au Covid-19

La situation de crise sanitaire que nous avons traversée nous a contraints à stopper les cours en présentiel dès le début du confinement. Nos apprenants ont donc poursuivi les cours de chez eux, en téléformation. Une situation déroutante pour nos élèves qui leur a subitement retiré leurs principaux repères ainsi que leur cadre habituel d’apprentissage et rassurant pour la plupart. Certains ont pu se sentir isolés socialement, en manque de repères, quand d’autres ont rencontré des soucis techniques liés à la connexion Internet, par exemple. 

Le Covid a donc eu des répercussions sur l’organisation des cours, le quotidien des stagiaires, mais aussi sur les embauches à court terme. En effet, beaucoup d’entreprises ont dû faire le choix du télétravail, voire du chômage partiel, et n’ont pu accueillir nos élèves. Certaines d’entre elles, en difficultés financières, ont même dû se désengager du projet. Enfin, l’épidémie de Coronavirus a également engendré un certain retard dans la formation, et un décalage des stages initialement prévus en avril, à juin et juillet 2020. Un coup dur pour l’école et pour nos apprenants, dont nous avons su tirer profit malgré tout, en démontrant notre cohésion d’équipe dans les moments les plus difficiles. 

Handigital Grenoble : le bilan 

Au niveau quantitatif 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La crise du Covid-19 ne nous aura pas empêché de finir cette saison 2 Grenoble avec 90 % de réussite au B2I® Adultes, et 80 % de réussite à la formation de développeur web niveau 4 et 5.  Ce sont dix postes qui ont été proposés dans six entreprises telles que Ives, Enalean, Alyl Sécurité Incendie, Total Cloud ou encore Mille et un Regards, qui nous ont accordé leur confiance.

Cette saison 2, ce sont également cinq contrats de professionnalisation, signés ou en cours de signature (en septembre 2020), deux retours en formations universitaires et une orientation STPA (Secteur du Travail Protégé et Adapté). 

Au niveau qualitatif 

Constamment à l’écoute de nos apprenants, nous avons pu également apprécier leurs retours positifs sur la formation, en dépit des évènements. Satisfaits de la qualité de l’équipe pédagogique, ils ont également apprécié le soutien technique entre apprenants et l’ambiance de groupe.

La satisfaction émane également des entreprises partenaires, qui ont pu apprécier la ponctualité, l’assiduité, la cohésion de groupe et la forte motivation de nos apprenants. Leur contentement découle également de nos sessions de formation sur “l’autisme et le handicap physique”, qui ont eu lieu cette saison. Les différents tuteurs, ainsi que les référents techniques et RH des entreprises partenaires, ont pu rencontrer nos consultants formateurs spécialistes de l’autisme et du handicap psychique, et recevoir ainsi toutes les clés nécessaires pour intégrer nos apprenants de manière idéale, dans les meilleures conditions, et favoriser ainsi leur inclusion professionnelle. 

 

C’est donc une session qui s’achève sur un bilan plutôt positif, malgré les évènements inédits que nous avons traversés. Nous remercions d’ailleurs la Région Auvergne Rhône-Alpes et l’Agefiph pour leur soutien et leur aide précieuse durant cette période. 

C’est donc avec grand plaisir que nous repartons pour une troisième saison à Grenoble, avec de nouvelles perspectives empreintes de notre envie d’emmener nos apprenants toujours plus haut, pour favoriser leur retour à l’emploi

 

Vous êtes vous aussi intéressé par notre formation ? Vous êtes bénéficiaire d’une RQTH et le digital vous anime ? Vous souhaitez recruter de nouveaux talents ? 

Pour rejoindre le projet, n’hésitez pas à nous contacter. Vous pouvez également découvrir nos formations plus en détail sur notre site.

Différentes sessions sont à venir sur Lyon et Chambéry. Le secteur numérique pourrait être votre solution d’avenir ! Et nos apprenants, les talents de demain pour votre entreprise !

 

Handigital® s’agrandit

Deux ans après sa fondation en septembre 2018, Handigital® s’agrandit. École de formations préparatoires aux métiers du numérique, elle a tout d’abord été présente à Seyssins (38), avant de voir naître un nouveau site à Saint-Priest (69) en 2019. Afin de toucher l’ensemble du sillon alpin, une troisième école arrive cette année à Chambéry (73) : l’occasion pour Fabrice Autissier, le fondateur, de répondre plus largement à la demande des publics, mais aussi des entreprises. Enfin, Handigital®, c’est également une équipe qui s’agrandit afin de porter le projet toujours plus haut et de garantir la réussite des apprenants. 

Handigital® : des projets qui se concrétisent 

Un nouveau site À Chambéry

Cette année, Handigital® a décidé d’ouvrir un troisième site. Après Seyssins en 2018, Saint-Priest en 2019, c’est au tour de Chambéry d’accueillir la troisième école du projet Handigital®. Ce souhait de développement, notamment soutenu par Chambéry Grand Lac Économique et par la fondation Pierre Dumas, a pour but de répondre favorablement aux besoins grandissants des entreprises dans ce contexte numérique qui est le nôtre. C’est également l’occasion d’étendre la présence du projet sur l’ensemble de la région, afin de susciter des vocations chez les personnes en situation de handicap, et permettre leur retour à l’emploi. En effet, les besoins du secteur numérique sont très vastes puisqu’il touche tous les domaines de la vie courante et toutes les filières. Que ce soient les transports, l’immobilier, la banque ou la santé, le digital est omniprésent et représente donc des opportunités considérables, même pour les personnes en situation de handicap

Une équipe qui se renforce 

Avec la rentrée et le développement de l’école, Handigital® a décidé de recruter de nouvelles compétences, et ce sont trois nouveaux collaborateurs qui sont venus renforcer l’équipe. Handigital® passe donc à l’échelon supérieur en termes de développement et accueille des nouveaux talents, qui seront chargés du développement commercial et marketing de l’école, ainsi que du développement du site web. Garantir la qualité des formations, des services et favoriser la réussite des élèves sont LES priorités du projet. Ce sont donc de nouvelles compétences, indispensables au bon fonctionnement de l’école et au développement du projet, qui rejoignent Handigital® cette année et qui promettent une belle réussite dans leurs missions respectives. 

Handigital® : un concept qui grandit, mais qui tient ses promesses

Des formations qui répondent À la demande du marché

Handigital®, ce sont donc toujours des formations qualifiantes, qui s’adressent à un public bénéficiaire d’une RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé), éloigné de l’emploi et bien souvent précarisé. Handigital® bénéficie du label “Grande École du Numérique” et propose plusieurs formations. La formation “développeur web full stack” niveau 4 et 5 couvre les différents métiers du développeur web. Il s’agit d’une formation particulièrement adaptée au marché actuel lorsque l’on sait que les entreprises sont très demandeuses. En effet, le secteur numérique souffre encore aujourd’hui d’une réelle pénurie de main d’œuvre, surtout en ce qui concerne les métiers du développement web. Retrouvez toutes les informations sur cette formation sur le site de l’école

Handigital® propose également la formation B2I® Adultes qui n’est autre que le brevet informatique et Internet. Il certifie la maîtrise de la compétence numérique ainsi que l’usage des NTIC, et s’adresse notamment aux salariés ou aux demandeurs d’emploi. Cette formation permet d’obtenir à l’issue une attestation de compétences garantie par le ministère de l’Éducation nationale. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre site internet, ou à nous contacter. 

Une formation entiÈrement gratuite pour les apprenants

La grande particularité du projet Handigital® réside dans la prise en charge de la formation pour les participants. En effet, les apprenants du projet Handigital® n’ont aucune contrepartie financière à débourser, la formation étant le plus souvent financée par des OPCO (Opérateurs de Compétences), des fonds publics et privés. Cette prise en charge totale résulte du soutien de partenaires d’exception tels que AG2R La Mondiale, APICIL Actions Sociales, l’AGEFIPH, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, présents depuis le début de l’aventure, ou encore, la fondation Pierre Dumas. Le projet Handigital® est né de cette volonté de faire bouger les lignes et de donner accès à la formation au plus grand nombre dans une logique d’égalité des chances pour tous. Principalement composé de personnes neuroatypiques (Autisme de niveau 1, TDAH, HPI, troubles psychiques, etc.), le public de l’école est bien souvent fragilisé et exclu du système scolaire classique. La gratuité était donc un critère essentiel pour le projet. 

Le manque de qualification des personnes en situation de handicap ne doit pas être un frein à leur inclusion. C’est dans cette optique que Handigital® poursuit son développement, tout en conservant son entière gratuité et ses principes fondamentaux. 

Le secteur du numérique vous intéresse ? N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire d’inscription

Si vous souhaitez rejoindre l’aventure en tant que financeur et soutenir le projet, n’hésitez pas à prendre contact avec nous. La gratuité de la formation Handigital® est un élément clé de la réussite des élèves en situation de handicap.

Le numérique : un secteur en pleine puissance 

Le numérique, tout le monde en parle. Il s’est répandu dans nos vies à vitesse grand V et a conquis tous les secteurs d’activité. Mais qu’est-ce que le numérique réellement ? Le numérique recouvre les sciences et les technologies de l’information et de la communication. Son périmètre est donc très large, bien plus large que celui de l’informatique. Innovations médicales, mobilité, réseaux sociaux… le numérique envahit nos sphères personnelle et professionnelle. Il révolutionne nos manières de vivre, de produire et d’interagir avec notre environnement, et entraîne de nouveaux usages. On parle d’ailleurs de digitalisation ou de révolution numérique

Mais, en quoi le secteur du numérique est-il aussi puissant ? Quels sont ses avantages et ses enjeux ? Focus sur un secteur en pleine croissance

Le numérique : un secteur en pleine puissance 

Un secteur omniprésent

Le numérique s’est emparé de notre quotidien, à tel point qu’il est parvenu à créer une certaine dépendance. Réseaux sociaux, télétravail, e-commerce… le numérique est partout, et même s’il est parfois critiqué, il est aussi source d’améliorations. Le numérique touche surtout tous les secteurs d’activité, sans exception : santé, social, éducation, médias, transports, BTP, administrations publiques, secteur agricole, et bien d’autres. Il ne se limite plus aux entreprises du secteur de l’informatique et des nouvelles technologies. Chaque secteur est concerné et génère par conséquent des besoins en termes d’innovations et de main d’œuvre. C’est le cas par exemple du secteur agricole, avec l’émergence de l’agriculture numérique. Accroître la compétitivité et la productivité, optimiser la qualité et la traçabilité ou encore rendre le métier d’agriculteur plus attractif… tels sont les enjeux du numérique pour ce secteur. C’est le cas également du secteur de la finance qui recueille un nombre incalculable de données, et qui a par conséquent recours au Big Data. Sans oublier le secteur du tourisme qui a dû s’adapter à la digitalisation. Il y a encore quelques années, Booking.com, Trivago ou encore TripAdvisor n’existaient pas. Les cartes routières et les offices de tourisme étaient d’un grand secours lors d’un voyage. Aujourd’hui, cette ère est belle et bien révolue ! Les voyages se préparent sur le NET, la chambre se réserve en ligne, la qualité des lieux est vérifiée sur TripAdvisor et le GPS fait office de guide. 

Un secteur porteur d’emploi 

Le secteur du numérique représente un réel vivier d’emplois. C’est un levier important dont dépendent la croissance et la compétitivité des entreprises. Nouveaux produits et nouveaux services à développer, nouveaux processus à mettre en place en interne… les entreprises usent et abusent du numérique qui, comme nous l’avons évoqué précédemment, ne se limite plus seulement aux entreprises du secteur. Les besoins sont donc nombreux, et par conséquent, les opportunités professionnelles aussi.

Le secteur du numérique offre de nombreux débouchés. Si les grandes entreprises recherchent souvent des diplômés Bac+5, ce n’est pas le cas des PME qui recrutent souvent à partir de Bac+2 ou Bac+3. Certains postes sont même accessibles après une formation courte. C’est souvent le cas dans le cadre des reconversions professionnelles. Enfin, les conditions de travail proposées sont bien souvent attractives et il faut savoir que 93,2 % des embauches se font en CDI, contre 68,5 % pour les autres secteurs. 

Les enjeux du numérique 

La formation et l’inclusion de tous

Cette transformation digitale et son omniprésence entraînent forcément de profonds bouleversements et comportent des enjeux majeurs. Aujourd’hui, tout le monde est concerné, peu importe l’âge, et la nécessité de formation est donc capitale afin de maîtriser certains principes de base comme, accéder aux fonctionnalités d’un compte sur le NET, réaliser une consultation médicale en ligne ou encore payer ses impôts. La période actuelle de crise sanitaire a témoigné de l’importance du numérique et de la nécessité de formation, avec la mise en place du télétravail, des visioconférences ou encore des cours sur le NET. Le numérique a permis une nouvelle organisation, mais au détriment de certaines personnes qui se sont retrouvées démunies ou encore plus isolées qu’elles ne l’étaient déjà. C’est pourquoi aujourd’hui le développement de la culture numérique commence très tôt avec la maîtrise des outils dès l’école.

Répondre aux besoins des entreprises grÂce au recrutement 

Le second enjeu du numérique réside dans le recrutement, afin de combler les besoins des entreprises et de ne pas impacter négativement leur croissance. En effet, de nombreux besoins peinent à être couverts et le secteur ultra dynamique du numérique est victime d’une réelle pénurie de main d’œuvre.

Pour cela, de nombreux organismes comme Pôle Emploi se mobilisent afin d’informer sur ce secteur en croissance continue. Des formations et des cursus se développent également afin de permettre aux personnes en reconversion professionnelle, ou aux personnes en situation de handicap, de se former de manière différente. C’est le cas de Handigital®, qui propose des formations aux métiers du numérique à des personnes en situation de handicap et bénéficiaires d’une RQTH. Le but : assurer l’inclusion professionnelle d’élèves atypiques tout en comblant les besoins des entreprises.

Critiqué ou adulé, asservissant ou émancipateur, le numérique n’a pas fini de faire parler de lui. Il apparaît aujourd’hui comme un secteur ultra dynamique qui innove, recrute et qui n’est pas près de s’arrêter. Une véritable aubaine pour les mordus du digital et les étudiants fraichement diplômés. 

Le digital vous intéresse ? Handigital® propose des formations qualifiantes aux métiers du numérique. Découvrez nos formations et rejoignez le projet Handigital®. N’hésitez pas à nous contacter.